ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE le 24 Mars 2018, 9h30, à la Maison des Associations de Vannes, 31 rue G. Le Barz

samedi 23 janvier 2010

Etude critique du document de proposition de modification du site inscrit du Golfe du Morbihan.

Etude critique par la FAPEGM

 

du document de proposition de modification du site  inscrit du Golfe du Morbihan *

(par la DIREN de Bretagne  et le  SDAP du Morbihan,  mai 2007)

 

24 juillet 2009

 

 

Introduction

 

L'inscription d'un site à l'inventaire supplémentaire des sites établi par la loi du 2 mai 1930 est une mesure tendant à préserver les monuments naturels et les sites présentant un intérêt général au point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque.

Nous avons appris par la presse en avril 2009 qu'un projet de modification du périmètre du site inscrit du Golfe du Morbihan était étudié par le comité de suivi du SMVM du Golfe du Morbihan. Ce périmètre, établi par arrêté ministériel du 15 avril 1965, est ancien, il demanderait  une remise à jour, en raison de certains oublis regrettables d'une part  et en raison de l'extension de l'urbanisme d'autre part. Le problème en arrière-plan, difficile à résoudre, est le grignotage croissant des paysages par une urbanisation diffuse.

 

Le débat sur la modification du site inscrit du Golfe a lieu dans le cadre du SMVM, mais seulement entre l'Etat et les élus, semble-t-il, sans la concertation habituelle avec le milieu associatif. Nous nous en sommes étonnés auprès du Préfet, par lettre du 11 mai restée sans réponse. Pourtant nos associations de protection de l'environnement, membres de la FAPEGM réparties autour du Golfe, ont une certaine compétence de terrain dans la matière pour juger et proposer. Nous avons depuis lors  procédé nous-mêmes à une étude collective du projet qui sert de base* aux discussions en cours. Les lignes suivantes proposent la synthèse de nos réflexions et propositions.

 

Critique d'ensemble de la modification proposée

 

1) Les propositions d'ajouts au site inscrit nous apparaissent toutes pleinement justifiées. La FAPEGM demande qu'elles soient adoptées. Parfois nous proposons des adjonctions (Theix).

 

2) Le but pratique des auteurs du projet est d'assurer une meilleure gestion de la préservation du site. Les retraits du périmètre sont justifiés le plus souvent par le fait que les lieux ont perdu leur intérêt paysager à cause d'une urbanisation excessive. C'est l'aveu d'un échec. Comment en est-on arrivé là malgré la mise en place du site inscrit du Golfe ?  On est en droit de se demander si à l'avenir la préservation du site maintenu sera meilleure. On peut en douter tant que les moyens donnés aux architectes des bâtiments de France et surtout leur pouvoir réglementaire  ne seront pas améliorés. Nous demandons une augmentation du budget, du personnel et du pouvoir du SDAP. 

 

3) Dans l'état actuel, la seule solution légale pour assurer une préservation efficace du site est la procédure du classement. C'est ce que préconisait déjà pour le site du Golfe du Morbihan en 1990 le Secrétaire d'Etat chargé de l'environnement (op.cité* p5, col de dr, §3). La FAPEGM, fédération d'associations de protection de l'environnement,  demande formellement auprès de la DIREN Bretagne que soit classé l'ensemble du site inscrit actuel du Golfe.

            ____________

* Site inscrit du Golfe du Morbihan. Bilan du tracé actuel et propositions de mise en valeur du site.    Par : Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine du Morbihan et Direction Régionale de l'Environnement Bretagne. Mai 2007.

4) A défaut, nous demandons l'annulation des retraits proposés, pour maintenir la maigre protection paysagère dont jouissent actuellement les territoires en question plutôt que de la leur retirer.

 

5) Il existe, certes d'autres dispositifs légaux de protection de l'espace littoral et maritime du Golfe du Morbihan, parmi lesquels les servitudes (très nombreuses) des monuments historiques, Natura 2000, la loi littoral, le SMVM et bientôt le PNR. Ils sont énumérés p.13 du document de proposition*. Outre le fait qu'ils ne recouvrent pas totalement le territoire délimité par le site inscrit, leur efficacité n'a pas été suffisante pour empêcher la banalisation urbanisante des zones du site inscrit proposées au retrait. Nous demandons que la loi qui concerne chacun de ces dispositifs de protection environnementale soit pleinement appliquée, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Cette exigence fondamentale est souvent répétée en vain par les associations environnementales. Le Morbihan est laxiste dans l'application des lois.

 

6) Les forêts sont des sites paysagers ou pittoresques particuliers qu'il convient de préserver. Elles ne semblent pas avoir fait l'objet d'une attention particulière lors de l'établissement du site inscrit du Golfe. A plusieurs reprises nous demandons, à propos des propositions de retraits, leur maintien en site inscrit (Aradon, secteur A ; Pluneret, secteur A).

 

6) Il existe de très nombreux campings, communaux ou privés, dans le site inscrit, alors que le camping y est interdit sauf dérogation accordée par le préfet. Il serait bon de vérifier la légalité de tous ces campings. Citons au hasard : à Arzon Le Tindio, Bilouris ; de nombreux petites campings individuels à la Pointe de l'Ours (Sarzeau) ; à Vannes le camping de Conleau ; à Arradon Penboch, Parc Priol et Kerrran ;  à Larmor Baden Kereden ; à Baden Mané er Groëz ; à Pluneret Branhoc ; à Locmariaquer le Locker.

.

Critique de détail de la modification proposée

 

1) Arzon, Saint Gildas de Rhuys et Sarzeau.

Arzon : les secteurs à supprimer sont effectivement fortement urbanisés. Cependant les secteurs B et C sont à proximité de monuments mégalithiques majeurs protégés (on parle d'un projet de classement mondial des mégalithes du Golfe). Quel intérêt y a-t-il à retirer B et C du périmètre inscrit, surtout le secteur C ?

St Gildas de Rhuys et Sarzeau : le hameau du Net (secteur A) a certes subi une forte urbanisation mais ce n'est pas le pire et le hameau d'origine reste à protéger et à valoriser. Entre Le Net et Kermaillard (secteur B) il y a un mégalithe non protégé. Maintenir en site inscrit les secteurs A et B  protégera un peu les environs de ce mégalithe. Nous demandons l'inscription de ce mégalithe dans l'inventaire des monuments historiques.

Quant aux hameaux de Kérassel et de St Martin, ce n'est pas parce-qu'ils sont défigurés qu'il ne faut pas les protéger contre un devenir pire encore.

En bref nous demandons le maintien en site inscrit du Net, de Kermaillard, Kérassel et St Martin.

 

2) Saint Armel et Le Hézo

Les secteurs A,D,E proposés au retrait du site inscrit illustrent le mal fait au paysage depuis la création du site inscrit en 1965. Il nous semble qu'il faut limiter les dégâts et travailler à récupérer l'intérêt paysager au lieu de l'abandonner. Le maintien du tourisme est à ce prix..Nous sommes contre le retrait de ces secteurs.

Le quartier de Bel Air (A) : le secteur A est à maintenir en site inscrit parce-que il constitue une entrée vers Lasné, qui doit redevenir plaisante.

La zone artisanale du Poulho (E) a défiguré l'accès à la mer et endommagé un environnement exceptionnel. C'est un lieu fragile, le mal peut s'étendre encore. La zone artisanale doit rester en site inscrit, et viser au label HQE.

 

3) Noyalo  et Theix

A Noyalo le retrait du secteur A nous apparaît discutable : pourquoi dans ces conditions ne pas retirer du site inscrit  le reste du bourg ?

A Theix les hameaux de Sins et St Goustan doivent être compris dans le site inscrit ajouté (secteur A) pour être mieux protégés.

 

4) Vannes

Le secteur A proposé au retrait du site inscrit n'est plus, du fait de l'urbanisation, en covisibilité directe avec le Golfe. De même le secteur B des Salines. Le retrait est donc justifié. Cependant en secteur A, dans la partie ouest du hameau d'Arcal, une petite excroissance rectangulaire du périmètre vers le sud-est semble dictée par un intérêt plus particulier que paysager, car on est en co-visibilité de la mer. Le maintien de cette excroissance en site inscrit s'impose.

 

5) Arradon

Dans le secteur A proposé au retrait,  les zones boisées classées situées au nord entre Campen et le Petit Molac (voir le PLU), sont à maintenir en site inscrit pour raison paysagère. De même le Bois de Keranna un peu plus au sud.

La partie sud, Kervadec/ Botumas/ Mané Huily/ St Galles/ Truhélin, encore très agricole, présente des paysages typiques de l'arrière-littoral, qui font la transition avec les vues exceptionnelles de la frange littorale. Nous demandons le maintien de cette zone en site inscrit.

Le secteur B est déjà largement construit. Mais grâce au classement actuel en site inscrit, il a été construit en pavillonnaire pour l'essentiel avec maîtrise des hauteurs. Les équipements collectifs s'incrivent eux-mêmes correctement dans le secteur. Pour éviter une densification de l'urbanisation avec le risque de prolifération de constructions en hauteur qui dénatureront les quartiers concernés et qui se verront de la mer, nous demandons le maintien du secteur B en site inscrit.

 

6) Baden

Les secteurs B,C et D proposés au retrait du site inscrit sont en effet hors de la covisibilité de la mer.

La zone du Moulin de Pomper pourrait utilement devenir site classé.

 

7) Larmor Baden

Le secteur A proposé au retrait du site inscrit a notre accord.

 

8) Le Bono

Dans le secteur A proposé au retrait, certaines portions de la D 101 avant l'entrée du bourg sont en covisibilité de la baie de Kerdréan. Il conviendrait de maintenir en site inscrit une bande de largeur suffisante le long de la D 101 sur son côté nord entre Kerléau (carrefour vers Plougoumelen)  et la zone artisanale de Kérian.

Le ruisseau en amont de  la Chapelle ND de Becquerel, qui fait frontière avec Plougoumelen (secteur A) et est protégé sur sa rive droite par le site inscrit, devrait être protégé également sur sa rive gauche par une bande en site inscrit retirée du projet de retrait. C'est logique.

 

9) Auray-Pluneret-Plougoumelen

Le secteur A proposé au retrait devrait en excepter les zones assez boisées au nord-est entre Tenno et la 4-voies du côté de Lissaden et à l'est entre Talihuern et Kervamentad, qui seraient à maintenir en site inscrit pour raison paysagère et pittoresque.

 

10) Crac'h-St Phlibert-Locmariaquer

Les secteurs proposés au retrait attirent notre attention dans la zone qui entoure l'étang de Roc'h Du.

Au nord de l'étang (carte de Crac'h) le secteur C  est légitimement ajouté au site inscrit pour compléter la protection de l'ensemble aquatique. Mais le retrait de la petite zone quadrangulaire isolée en bordure nord est de l'étang n'est pas du tout justifié (covisibilité !). Cette zone doit demeurer dans le site inscrit.

Au sud de l'étang (carte de Crac'h-St Philiberet-Locmariaquer) dans le secteur A proposé au retrait, le périmètre proposé fait au niveau de Pont er Lann une boucle surprenante se rapprochant de l'étang, au lieu de continuer à suivre le cheminde Kerglévérit à Kerdaniel. L'espace enserré par cette boucle est à conserver dans le site inscrit à cause de la proximité (100 à 150m) de l'étang.

Nous proposons que tout le site inscrit entourant le Roc'h Du soit classé pour lui donner une protection suffisante face aux convoitises.

NB : Sous la carte de la p31, le titre donné au commentaire du secteur A est erroné : il ne s'agit pas "Du Petit Molac au bourg d'Arradon"...

 

Conclusion

 

Nos observations et propositions critiques sont dictées par notre souci du bien commun, hors de tout intérêt particulier. Nous savons combien le tracé du périmètre d'un site inscrit est délicat, car il met en jeu de nombreux intérêts particuliers avoués et inavoués et il soumet les responsables du tracé à toutes sortes de pressions qui ne devraient pas être.

Les services de l'Etat auront-ils enfin le poids nécessaire pour faire observer pleinement la loi ? Le SDAP se verra-t-il donner l'autorité  dont il a besoin ?

Faute de mieux le site inscrit du Golfe du Morbihan pourra-t-il devenir site classé, au moins en partie dans ses secteurs paysagers les plus nobles, sinon en totalité ?

Nous soumettons l'étude présente aux autorités responsables avec l'espoir d'être entendus.