ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE le 24 Mars 2018, 9h30, à la Maison des Associations de Vannes, 31 rue G. Le Barz

samedi 15 février 2014

Présentation de l'association des Amis de Kervoyal par la présidente Marie-Roberte Perron


Lors de la réunion de la FAPEGM du 7 décembre 2013, la Présidente Marie-Roberte Perron des "Amis de Kervoyal" est venue présenter aux autres associations membres de la FAPEGM, les activités et les combats livrés depuis près de 30 ans.

Fondée en 1986, l'association défend l'environnement de la commune de Damgan et le littoral des communes voisines Ambon et Billiers dans des domaines très divers.

Protection du paysage littoral de l’anse de Kervoyal
L'anse de Kervoyal concentre sur 17 km de nombreux types de paysages littoraux. Nous luttons pour élargir la délimitation des paysages remarquables.
Avec l'aide de Bretagne Vivante nous avons fait accélérer la désignation en ZPS (Zone de protection spéciale pour les oiseaux migrateurs) de la baie de Vilaine, qui comprend l’anse de Kervoyal. Ce zonage ZPS, obtenu en 1991, a fait échouer deux projets de ports de plaisance dans la baie de Kervoyal et l'étier de Tréhervé. Mais il a fallu aller au  TA, en 1994,  pour faire échouer un troisième projet de port de plaisance, dans l'étier de Billiers. 
L'annulation du PLU en 2006 nous a permis de faire stopper définitivement deux extensions de campings, « Mar Atlantis » après deux succès au TA et en Cour d'appel, et 8 ans de bataille juridique, et « Oasis ».

Restauration du patrimoine culturel
Le moulin de Kervoyal en ruine, qui avait perdu sa toiture, a été restauré en 8 ans (1988-1996) grâce à l'action tenace et persévérante de l'association, qui a su réunir les fonds (environ 30 000 €) et les collaborations. Ce ne fut pas une mince affaire.

L'association a obtenu la restauration des statues classées de St Thuirin et St Léger (15°-16° siècle), dans la chapelle de Kervoyal, entre 1999 et 2005.

Protection de dunes et de plage
Il a fallu l'enquête publique et l'avis du commissaire enquêteur qui ont précédé l'annulation du PLU en 2006, pour que l'association obtienne l'abandon d'un projet de bâtiment de surveillance de la plage en plein cœur des dunes. Aujourd'hui cet espace est classé remarquable au titre de la loi littoral.
Depuis 2011 la commune de Damgan enlève les galets de la plage pour assurer le confort des estivants et les stocke dans les dunes. L'association, appuyée par des autorités compétentes, lutte sans succès contre cette pratique favorisant la dégradation de la plage et la destruction des habitats. En attendant les résultats d'une étude par la commune, l'affaire traîne, soutenue par une dérogation exceptionnelle accordée par l'Etat à la commune.
Le nettoyage mécanique des plages, cause potentielle de dégraissage des plages, est aussi un souci de l'association.
Une aire de jeux installée en reste de milieu dunaire Natura 2000, a été déplacée en 2009 via une plainte déposée par l'association auprès du Procureur de la République, qui a argué d'un classement zonaire en NDa.

Préservation de l’ultime coupure verte sur un littoral très urbanisé entre le bourg de Damgan et le village de Kervoyal et protection du front de mer                                                                                                                                                     
Cette exceptionnelle coupure verte est menacée par des constructions et des parkings dans le nouveau PLU soumis à l'enquête publique l'été dernier. Le commissaire enquêteur nous a entendus… partiellement.
Une action de l'association au TA contre un projet de route long de 400 m dans la bande des 100 m, en zone non urbanisée contrairement aux dires de la commune, perdue en référée, a été gagnée au fond en 2012. Ce qui confirmait un argument de l'annulation du PLU de 2006 par le TA et la Cour d'appel, selon lesquels le classement en Ub (constructible) de l'espace de la route était erroné. Mais en 2012 la route était déjà construite !
Sur la partie Est du front de mer nous demandons la suppression de la circulation automobile sur l'espace du Loch, au profit de la circulation douce.

Qualité du paysage  rural
Un projet d'extension de la zone artisanale située à l'arrivée sur Damgan nous apparaît économiquement inutile, malencontreusement située dans une coupure verte, et sans continuité avec le bourg. Malheureusement lors de  l'enquête publique de cet été sur le PLU le commissaire enquêteur n'a pas émis de réserve sur ce projet. L'association projette de recourir au TA.
Ce projet d'extension peu utile fait écho aux 70 ha d'extension démesurée de zone artisanale prévus par le nouveau SCoT de notre communauté de communes Arc Sud Bretagne.
L'association a adressé un recours gracieux contre le PC accordé à un Centre équestre situé en espace proche du littoral (sur la commune d’Ambon), hors de  continuité avec un village. Un centre équestre est assimilé à un bâtiment agricole et ne peut donc  normalement être autorisé en commune littorale que s'il est situé en dehors des espaces proches du littoral.

Bâtiments collectifs indûment implantés
L'association a fait retirer les PC accordés à deux projets d'habitat collectifs.
A l'entrée de Kervoyal le projet des Hauts de Kervoyal qui détonnait avec l'harmonie générale des constructions a vu l'association exercer un recours au TA. Le maire a retiré le PC à la demande du promoteur (juin 2011).
Le projet de lotissement Le Clos des Lagunes au Cosquer (Ouest de Damgan) se trouvait en espace proche du littoral et en grande partie sur une zone humide. Malgré 3 avis défavorables de la commission des sites le préfet avait donné son autorisation.  Suite à un recours au TA par l'association, le maire a retiré le PC à la demande du promoteur (juillet 2009).

En conclusion, nous citerons cet extrait de l’Atlas des Paysages du Morbihan, relatif à Damgan :
« Les parties de côte non bâties ont pris une inestimable valeur collective et doivent donc être respectées et gérées. L’exemple de Damgan montre en effet les effets d’une urbanisation où les caractéristiques du paysage sont ignorées, voire gommées par des formes urbaines banales, étalées et qui ne ménagent pas de continuités paysagères... Dans le respect de la loi Littoral et des continuités paysagères, les prochains projets urbains ont à relever  le défi de contribuer à la qualité paysagère, et non de l’affadir ! »

La beauté des paysages ne se conserve hélas plus toute seule. Face à l’urbanisation galopante, la nature a besoin de groupes d'hommes et de femmes complètement indépendants et désintéressés, tels ceux travaillant dans nos associations de défense de l’environnement, pour la préserver.

Le site Internet des Amis de Kervoyal est le suivant : http://amisdekervoyal.viabloga.com/